Les missions – 2014

CHEF DE MISSION
Christine Cantin
PARTENAIRES:
Althelia Climate Fund
AIDER, Asociacion Para La Investigacion Y El Desarollo Integral
Ecotierra

CONTEXTE ET ENJEUX :

Le projet est situé dans la zone d’amortissement du REDD Tampobata, une zone de préservation de plus de 300 000 hectares. L’objectif du projet est de reboiser au moins 4 000 hectares du REDD avec des forêts productives de cacao. La première phase du projet qui vise 300 hectares est financée par Althelia Climate Fund.

Althelia Climate Fund est le partenaire financier de la première phase du projet. Établit en Europe, ce Fonds vise à investir dans des projets en Afrique et en Amérique latine qui visent la réduction de CO2 en favorisant l’utilisation pérenne des terres et la conservation des forêts primaires. Ces projets servent à alimenter des crédits de carbone forestiers qui sont destinés à la vente sur le marché de compensation volontaire. Ce groupe a mandaté Ecotierra pour faire un diagnostic de la situation sociale dans la zone du projet; participer à la formation de la coopérative et supporter celle-ci dans la mise en marché du cacao.

AIDER, l’organisme péruvien, est partenaire du projet et s’occupe de tous les aspects environnementaux tel que le suivi environnemental pour les crédits de carbone. Un membre clé d’Ecotierra, sur place au Pérou, a terminer le recrutement des leaders des futurs producteurs de cacao qui feront partie de la coopérative. Les prochaines étapes du projet sont la formation légale de la coopérative et la signature d’ ententes avec les producteurs pour qu’ils puissent commencer les activités de plantation. Il faut compter un laps de temps d’environ deux ans pour obtenir la première récolte de cacao prête pour la vente. L’installation des infrastructures relatives à la coopérative se fera pendant cette période ainsi que la recherche de donateurs/investisseurs additionnels et de futurs acheteurs de cacao.

Ecotierra est le partenaire canadien responsable de créer légalement la coopérative, de voir à sa mise sur pied, de s’assurer de son bon fonctionnement (réception du cacao, fermentation, séchage, et empaquetage) et de la mise en marché du cacao. Il a fait appel à Relations publiques sans frontières (RPSF), pour les appuyer et accompagner dans un moment critique du Projet Initiative Cacao – MDD.

 

RÔLE DE RPSF

Pour soutenir les efforts de la petite association, RPSF doit réaliser un diagnostic en communication externe et contribuer à la conception d’un plan de communication. Ensuite, il faut définir les stratégies pour implanter des activités de communication externe pour les investisseurs potentiels et acheteurs des produits de la coopérative. Et finalement, il faut amorcer la mise en place des outils et moyens de communication de façon concrète et efficace.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Octobre 2014 Christine Cantin

 

RÉSULTATS :

La mission de RPSF a contribué positivement à l’avancement du projet Initiative Cacao en matière de communication tant à un niveau stratégique qu’à un niveau opérationnel. Plus spécifiquement, le Plan de communication qui a été conçu, a permis de faire ressortir les forces et faiblesses du projet, les axes de communication, les grandes lignes des stratégies de communication, et à définir les actions les plus pertinentes à exécuter pour atteindre les objectifs visés. Du côté opérationnel, les activités réalisées lors de la mission ont contribué à développer du matériel visuel qui servira à préparer les outils de communication identifiés dans le plan. Il a été convenu que le chef de mission resterait en communication avec Ecotierra pour donner des conseils stratégiques par rapport à l’application du plan, le cas échéant. De plus, il serait souhaitable de prévoir une seconde afin d’évaluer la mise en œuvre du plan de communication.

PARTENAIRES:
Tanzania Union Of Parents Secondary Schools (TUPSS)
Terre Sans Frontières (TSF)

CONTEXTE ET ENJEUX

Approximativement 70 % de la population tanzanienne habite en milieu rural. Les moins de 14 ans représentent près de 50 % de la population tanzanienne. Dans les régions rurales, le secteur privé tente de compenser lorsque les ressources consacrées à l’éducation sont insuffisantes.

La Tanzania Union of Parents Secondary Schools (TUPSS) est une organisation non gouvernementale formée en 2000 afin d’améliorer les conditions d’éducation et de bénéficier d’avantages provenant de la mise en commun de ressources. Il y avait sept écoles secondaires privées lors de sa fondation. En 2014, il y a beaucoup d’énergie chez TUPSS : un nouveau comité exécutif est en place et trois nouvelles écoles se sont ajoutées, une population étudiante d’environ 10 000 (60 % filles et 40 % garçons). La majorité des écoles sont situées en milieu rural dans les régions d’Arusha, Kilimanjaro et Moshi, et sont mixtes pour la plupart, avec quelques-unes de même sexe. Trois écoles sont à l’extérieur de ces régions : une est à Dar es Salaam, et les deux autres sont dans les régions de Tabora et de Manyara.

La mission RPSF arrive à un moment idéal. TUPSS est en croissance et a un grand besoin de se munir d’outils de communications de base et d’un site Web. Il faut renforcer les communications avec, et entre, les membres, mais il faut aussi faire connaître TUPSS à l’externe, surtout pour appuyer les démarches pour obtenir du financement pour les projets dans les écoles.

 

RÔLE DE RPSF

La mission RPSF en Tanzanie avec la TUPSS s’est déroulée sur une période de 10 jours en août 2014. Avec la collaboration du partenaire TSF, RPSF a visité 12 des 14 écoles membres afin de rencontrer les directeurs et autres membres du personnel, réaliser un audit de communication, examiner les plans stratégiques individuels des écoles et recenser les activités de génération de revenus et autres sources de financement. RPSF a rencontré le comité exécutif de TUPSS à 2 reprises; pour réaliser des entrevues et pour fournir des recommandations préliminaires. RPSF a identifié plusieurs besoins en matière de communication et cela a permis de bâtir le squelette d’un plan qui permettra à TUPSS de mettre en œuvre un programme de développement et de promotion en 2015.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Août 2014 Taïssa Hrycay

 

RÉSULTATS

Lors de la rencontre en fin de mission, le comité exécutif de TUPSS a exprimé sa satisfaction par rapport à l’appui offert par RPSF. Il a qualifié de très utiles les observations, recommandations et conseils préliminaires fournis, surtout qu’il n’est pas en mesure visiter régulièrement les écoles. TUPSS a compris les priorités à court terme (mission, vision et valeurs, ressource dédiée aux communications, présentation de l’organisation et site Web). RPSF remettra son rapport détaillé à TUPSS et TSF contenant les éléments nécessaires en vue de commencer à bâtir un plan global de communication pour améliorer ses capacités, des gabarits d’outils qui l’aideront dans sa gestion quotidienne, ainsi que les contenus suggérés pour son futur site Web. RPSF entend poursuivre sa relation avec TUPSS et TSF pour la prochaine année, en jouant un rôle conseil lors de l’implantation des recommandations.

PARTENAIRES:
AL BAYTI

CONTEXTE ET ENJEUX :

BAYTI, qui signifie « ma maison » en arabe, est une organisation non-gouvernementale marocaine basée à Casablanca. Elle a été créé avec l’appui de Terre des Hommes en 1994. La mission initiale de BAYTI est de travailler avec les enfants de la rue à Casablanca, puis à Essaouira et Kenitra (ferme-école). BAYTI se concentre actuellement sur la prévention de l’exclusion des enfants, sur la protection des enfants contre toutes les formes de violence, sur la réadaptation psychosociale des enfants, sur la réintégration des familles ainsi que la réinsertion sociale et professionnelle des enfants et des jeunes, sur la participation des enfants dans l’élaboration et la mise en oeuvre de projets de vie, et sur la promotion des droits de l’enfant.

Les activités de BAYTI se traduisent par trois programmes principaux: 1) Programme La Rue; 2) Programme Projet de Vie Individuelle et 3) La ferme école. Grâce à ses programmes, BAYTI offre aux enfants et jeunes qui sont hébergés dans les centres la chance d’accéder à leurs principaux droits par le biais de plusieurs activités, y compris une assistance psychosociale, des soins médicaux, une assistance juridique et administrative pour les enfants et leurs familles, ainsi que par un programme d’éducation et de formation professionnelle.

 

RÔLE DE RPSF

Développer une stratégie pour mieux faire connaître une association de promotion des droits des enfants afin de renforcer ses impacts dans la société civile.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Mars 2014 Leslie Quinton

 

RÉSULTATS :

Pendant les cinq jours de la mission, un plan de communication institutionnel a été préparé pour l’Association pour l’enfance en difficulté au Maroc afin de mieux faire connaître les actions de BAYTI et d’accroître sa notoriété. Une fois ses réalisations bien connues, l’organisme sera en mesure de mieux desservir la population.

PARTENAIRES:
Garneau-International, CÉGEP Garneau
Direcçao Nacional De Ensino Técnico-Profissional, Ministère De L’éducation, Mozambique

CONTEXTE ET ENJEUX :

Dans les provinces de Nampula et Niassa, au nord du Mozambique, 41 professeurs et gestionnaires issus de neuf écoles et instituts ont besoin d’être soutenus dans le développement de communautés d’apprentissage qui relieront les écoles et les entreprises afin de favoriser l’esprit d’entrepreneuriat et le développement économique de ces territoires. Ce projet vise à apprendre à entreprendre dans l’action, via des ateliers pratiques et interactifs et mène à l’implantation de neuf entreprises d’entraînement en entrepreneuriat, diffusant les innovations nécessaires au développement socio-économique local. La formation doit être donnée en portugais, la langue locale.

 

RÔLE DE RPSF

Comme le volet communication n’est pas intégré au programme avant l’arrivée de RPSF, notre rôle est encore plus important. Il consiste à développer et renforcer les capacités d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie de promotion des produits et services dans un cadre entrepreneurial.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Mars 2014 Luc Doray

 

RÉSULTATS :

La participation de RPSF a permis d’élargir le champ d’expertise, notamment sur des aspects précis de la formation des professeurs comme la méthode de collecte de l’information sur le marché, le mix de communication, le réseautage avec le milieu régional, le concours d’idées d’entreprises et la rédaction de communiqués de presse.

La portée de ce projet est d’autant plus intéressante qu’en formant des formateurs, l’expertise apportée par le chef de mission rejoindra un nombre beaucoup plus important de futurs entrepreneurs.

PARTENAIRES:
CUSO
Réseau Africain De Forêts Modèles (RAFM)

CONTEXTE ET ENJEUX :

LE RAFM

Le Réseau Africain de Forêts Modèles (RAFM) est l’un des sept réseaux constituant le Réseau International de Forêts Modèles. Le RAFM compte deux forêts modèles au Cameroun et plusieurs autres en construction dans d’autres pays du Bassin du Congo et en Afrique de l’Ouest, notamment en République Démocratique du Congo, en République Centrafricaine et au Rwanda.

Les forêts africaines regorgent de ressources naturelles. Cependant, plusieurs communautés qui les habitent vivent dans la pauvreté et la marginalité. En facilitant le développement des forêts modèles fondé sur les principes de coopération, d’innovation, de bonne gouvernance et de leadership local, le RAFM donne une voix aux communautés et groupes d’acteurs locaux en plus de les aider à sortir de la pauvreté par le développement d’initiatives productives novatrices.

Sans ce processus, les communautés ne seraient pas écoutées et se retrouveraient fréquemment en situation de conflits avec les autres parties prenantes sur le territoire.

LE SRAFM

Le Secrétariat du Réseau Africain de Forêts Modèles (SRAFM), situé à Yaoundé au Cameroun, soutient les forêts modèles dans leurs efforts de construction et de consolidation d’un modèle de développement et de gouvernance. Il contribue à la conception et à la mise en œuvre de politiques viables en matière d’environnement et de développement et travaille au renforcement des partenariats. De plus, il facilite le transfert et le partage des connaissances dans tous les domaines pertinents aux forêts modèles : responsabilités environnementales, développement durable, innovation, unité africaine et solidarité internationale.

Les activités de communications du SRAFM sont essentielles à l’atteinte des objectifs du RAFM. Elles jouent un rôle de premier plan dans la sensibilisation des populations concernées, la diffusion et la promotion des cas de réussite et la mobilisation des ressources.

 

RÔLE DE RPSF

Afin de bien s’acquitter de ses responsabilités de communications, le RAFM souhaitait renforcer les capacités de l’équipe de communication, tant dans l’élaboration de plans et de stratégies de promotion que dans la rédaction et l’édition de documents promotionnels. Ces besoins cadraient parfaitement avec la mission de RPSF qui est d’aider des organismes qui œuvrent auprès de populations aux prises avec des défis de développement, en renforçant leurs compétences dans l’utilisation des relations publiques comme levier de progrès social et économique. Un chef de mission de RPSF a donc été assigné à travailler avec le RAFM dans le cadre d’une mission de renforcement des capacités.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Mars 2014 Mathieu Larocque

 

RÉSULTATS :

L’équipe des communications du RAFM possède maintenant une meilleure connaissance des techniques de rédaction nécessaires à la création du contenu de qualité qui attirera l’attention de ses différents publics cibles. Qu’il s’agisse de bailleurs de fonds, de partenaires institutionnels ou non-gouvernementaux ou des populations bénéficiaires des projets des forêts modèles, l’équipe des communications devrait être en mesure de produire un contenu adapté aux besoins des publics cibles.

Les enseignements communiqués sur la gestion des communications électroniques, notamment des réseaux sociaux contribueront à un plus grand rayonnement du RAFM et mèneront à un partage d’information stratégique avec ses différents partenaires.

L’étude des concepts de sites web efficaces et l’analyse du site web actuel du site du RAFM aura permis de faire ressortir l’urgence d’améliorer ce canal de communication essentiel. Même si les budgets d’une restructuration complète ne sont pas disponibles dans le court terme, une modification significative du contenu est possible et souhaitable et peut être réalisée à coup nul.

La mise en place d’une structure et de processus bien définis aidera l’équipe des communications à cibler ses interventions et à démonter à la direction les progrès de son travail. Conséquemment, une meilleure priorisation des tâches permettra à l’équipe des communications de se concentrer sur des projets à haute valeur ajoutée.

PARTENAIRES:
OTIM

CONTEXTE ET ENJEUX

Au lendemain de la révolution tunisienne, en janvier 2011, après plusieurs décennies de dictature, l’espace public tunisien s’est soudainement ouvert. Cette ouverture a nécessité un apprentissage rapide et parfois chaotique de la part des médias et de la société civile.

L’accès à la démocratie en Tunisie a permis la naissance ou l’officialisation de dizaines d’organisations de la société civile. Des acteurs autrefois bâillonnés et ostracisés ont pu intervenir librement dans un espace public en pleine redéfinition.

Les différents corps de métier qui composent la magistrature se sont donc vu octroyer un droit de parole libre, jusqu’alors impensable. La naissance de l’Observatoire tunisien pour l’indépendance de la magistrature (OTIM) s’est fait dans ce contexte, en mars 2012.

Créé par son président, Ahmed Ahmouni, l’OTIM est un organisme sans but lucratif au sens de la loi. Ancien président de l’Association des magistrats tunisiens (AMT), M. Ahmouni a constitué l’OTIM avec pour objectif de contribuer à la réalisation de l’indépendance de la magistrature. Dans ce pays qui émerge de plusieurs décennies de dictature, il faut renseigner la population et les organismes gouvernementaux sur l’importance de ce concept essentiel à toute démocratie

Depuis sa création, l’OTIM profite de l’aura de son président, d’une stratégie basée sur l’omniprésence médiatique et d’un intérêt démesuré des médias pour une profession autrefois bâillonnée.

 

RÔLE DE RPSF

Les membres de l’OTIM sont assez présents sur les médias sociaux avec notamment un compte Twitter et trois comptes Facebook. Ils avaient déjà atteints une bonne notoriété dans les médias. Les discussions préalables à la mission ont permis de circonscrire leur besoin, soit de structurer leur action de communication. Il avait donc été prévu de réaliser : un diagnostic de communication, une cartographie de leurs parties prenantes, des rencontres avec plusieurs parties prenantes et des recommandations pour les aider à réaliser un plan de communication.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
Février 2014 Morvan Le Borgne

 

RÉSULTATS

Les différentes activités et rencontres ont permis à l’OTIM de réaliser l’importance de circonscrire leur message, de comprendre qui sont les parties prenantes prioritaires avec qui ils doivent travailler, et de préciser le rôle de chacun au sein du comité de direction. La mission a également permis d’identifier les éléments principaux d’un plan de communication intégré. Il est prévu de poursuivre les contacts pendant l’année en cours.

 

INFORMATIONS ADDITIONNELLES

Google+

PARTENAIRES:
Equitas
Arab Network For Human Rights And Citizenship Education (ANHRE)

CONTEXTE ET ENJEUX

Le projet Mosharka est un projet de trois ans financé par l’Union européenne et implanté par Equitas à travers un réseau de cinq pays de la région du Moyen-Orient/Afrique du Nord (MOAN ou MENA), à savoir, le Jordanie, le Yémen, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc.

Le bureau régional, le Arab Network for Human Rights and Citizenship Education (ANHRE), est basé en Jordanie. Il chapeaute les partenaires nationaux dans les cinq pays en collaboration avec Equitas.

Le projet Mosharka s’appuie sur le rôle vital joué par les jeunes dans ces cinq pays, lesquels ont été au centre des changements dramatiques survenus dans la région.

Grâce à ce projet, les jeunes pourront participer activement à la promotion de la démocratie, de l’égalité ainsi que des libertés et droits fondamentaux dans leurs sociétés respectives.

L’objectif du projet est d’atteindre 2000 jeunes par pays avant la fin de sa 3e année, en 2016. Les défis sont toutefois nombreux pour de multiples raisons — le partenaire national en Jordanie est inactif; le travail repose sur le partenaire régional qui met les bouchées doubles; les ressources pour palier à ce besoin sont insuffisantes; les jeunes se démotivent rapidement par manque de suivi causé par l’absence d’une base de données centrale et d’outils pour les rejoindre et communiquer avec eux efficacement.

 

RÔLE DE RPSF

Equitas et ANHRE ont convenu de faire appel à RPSF pour analyser le plan de communication et suggérer des moyens de maximiser ses impacts dans chacune des cinq régions, évaluer la stratégie de communication du projet Mosharka, suggérer des améliorations et identifier des stratégies et des outils pour implanter les activités prévues pour permettre l’atteinte des objectifs.

 

MISSION EFFECTUÉE

Date Chef de mission
22 février au 3 mars 2014 Louis Moubarak

 

RÉSULTATS

Avec la collaboration du personnel d’Equitas, d’ANHRE et des partenaires nationaux dans les cinq pays ciblés, RPSF a mis en place des groupes de discussion impliquant les coordonnateurs, un jeune par partenaire national et le partenaire régional dans le but d’analyser la portée et l’efficacité des communications (stratégies et outils), afin de cerner les défis, présenter des pistes de solutions, par pays, et pour le bénéfice du partenaire régional qui chapeaute le tout.

Outre l’élaboration de nombreux outils pouvant atteindre ces objectifs, RPSF a sensibilisé ANHRE sur le fait de devoir accroitre ses capacités en matière de ressources humaines, de recrutement, de mobilisation et de rétention des jeunes ainsi qu’en gouvernance et en évaluation qualitative.

INFORMATIONS ADDITIONNELLES

Photos Facebook

FAITES UN DON